Joelle Gellert

"Ecrire en atelier"

livre Joelle 1 de couv Livre Joelle 4 de couv

Guy Voluisant

limonade micmac et autres nouvelles

de guy voluisant

Dos Carré Collé

12 textes décembre 2020 - mars 2021

Recueil de 12 nouvelles très variées, écrites fin 2020, début 2021. A la fois drôles, étonnantes, émouvantes, trépidantes... On y rencontre un ethnologue chez les Jivaros aussi bien que le roi de la limonade, un philosophe, l'héritière Kodak, Gérard R, Jessica SP, le Président de la République, les retraités de Saint -Pistou, encore bien d'autres, et ...une plume ! A lire absolument ! Vous ne le regretterez pas !

Description du produit

Format : 148mm x 210mm

Nombre de pages : 108

10 €

Commande sur le lien ci-joint

https://www.coollibri.com/bibliotheque-en-ligne/guy-voluisant/limonade-micmac-et-autres-nouvelles_189859

 Livre Guy Voluisant4ème de Couv

TdM Limonade

Jacqueline Paut

 

Jacqueline PAUT nous présente son dernier livre :

"CREUSET"

Recueil de 214 pages, regroupant un florilège de micro-nouvelles, proses poétiques,

poèmes, scènes de théâtre, essai et jeux littéraires.

Préfacé par Monsieur Alfred Carayol,

Vice-Président du Salon des Poètes de Lyon

J. PAUT BULL. SOUSCRIPT. CREUSET P.1 M 2

Creuzet 4ème de C

Anne-Marie Avallone

 

Titre AFDM 2

a le plaisir de vous annoncer que le recueil de poèsies de notre regrettée amie Anne-Marie AVALLONE 

"Au Fil des Poèmes d'Anne-Marie".

 Poèmes Anne Marie

est disponible à la commande auprès de Jacqueline :

 Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

C'Nabum

    "Entre romance, pouvoir, trahison et humanité, ce roman de politique-fiction éclaire le présent

en imaginant notre avenir dans une France  méconnaissable, où la Loire avec ses couleurs et ses odeurs

est un personnage à part entière.(commandes par mail à C'NABUM - Rubrique: Auteurs )


            Par ailleurs, C'Nabum nourrit quotidiennement un blog hébergé par Mediapart.
     https://blogs.mediapart.fr/c-est-nabum/blog

            Y sont traités des billets d'humeur sur l'actualité (politique et autres),des sujets sociétaux

              et sur un personnage récurrent: La Loire, sa petite et grande histoire,ses contes et légendes.            

(commandes par mail C'NABUM: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.)


Livre CNabum

 

 

Francis Oliver

Bon de commande "Ma maison Freinet"Bon de commande "Ma maison Freinet"

 Francis OLIVER est un adhérent d'Au Fil Des Mots, participant très actif à nos ateliers et propositions d'écriture.

Sa très riche personnalité s'exprime dans ce nouveau livre Ma Maison Freinet où il relate son aventure humaine de

pionnier de l'Ecole Freinet* dans le Loiret.

 

*Pédagogie alternative mise au point au début du 20e siècle, la méthode Freinet place les élèves comme acteurs de leurs apprentissages.

Elle les invite à chercher, inventer et apprendre par eux-mêmes.

 

Texte rédigé par Roger Wallet figurant en dernière page du livre.

Texte Roger

  Disponible à la Librairie " Les Temps Modernes - 

https://www.librairietempsmodernes.fr/

  57, Rue Notre Dame de Recouvrancr à Orléans.

                            et sur Bon de Commande :"Ma Maison Freinet "                          

  Texte de Roger Wallet figurant en dernière page

Telechargement

 

Présentation et Bon de Commande

Voir en haut et à droite de votre écran : Telechargement fichier pdf

 

 

bon de commande 2 page 001

 

 

Marie Cabreval

Cortex MC

Marie Cabreval
…une poétesse à suivre page à page

Mercredi, 15 novembre 2017
“Le poème c’est le cri”. “C’est l’offrande sans retour” écrit d’emblée la poétesse orléanaise Marie Cabreval dans son nouveau recueil de poésie. “Anémie d’une route”, livre de soixante-seize pages, annoncé par une toile de Béatrice Grebot, ouvrage qui nous emporte par le terrain vague des violences sourdes de notre monde. Ici, “un vent mordant dévore l’enfant sans chaussure”, là, “les mots sont si petits dans le fatras des flots, les mots sont si fragiles dans le fatras du monde”.

Aujourd’hui, celle qui lisse fémininement “le pli d’un frisson” avec une lumineuse assurance, celle qui évoque “le temps des mots qui sifflent comme des météores”, conjugue le fulgurant et, saisissant l’image, offre “des mots qui craquent comme des biscottes” et nous assène à la mémoire l’effroi devant ces silhouette de nomades au corps enturbannés de barbelés. “Dans un camp d’immondices, la dignité s’endort dans la honte” écrit l’auteur.
Au monde, Marie Cabreval enrage avec une fraîcheur sans âge, évoque la douleur, les sourires et la soif comme les caresses d’espoir de lumière. De fait, ses mots sont peut-être de petits cailloux qu’elle laisse dans la neige de la page pour retrouver son chemin et rejoindre ce pays de partage où rien ne s’oublie et n’est tu. A n’en pas douter, le très beau “J’ai perdu ma douleur”, à la page soixante-et-un, d’une troublante authenticité, mériterait d’être mis en musique et de devenir un souffle chanté.

Ecrire par dessus tout de la vie “aux couleurs de l’instant”.

Poétesse, Marie Cabreval a également écrit de forts jolis textes en miroir sensible des œuvres du graveur orléanais Jean-Pierre Blanchet aujourd’hui disparu. Quelques lignes de Marie Cabreval figurant dans cet ouvrage publié par Daniel Plot, en attestent: “Chez Jean-Pierre Blanchet, jamais la solennité du trait ne se laisse déborder par le lyrisme. Tout semble offert dans une pudeur d’intention, mais l’émotion est merveilleusement là, avec rigueur et tendresse. J’ai donc écrit comme on se rencontre, avec des mots en écho aux poèmes d’images. Ce travail a duré une saison. J’ai quitté avec regret les gravures quand l’écriture a été terminée, mais chacune d’elles reste profondément à l’intérieur de mes terres comme un cadeau.”
Marie Cabreval, “insomniaque” avouée pour qui “les mots absents sous la lumière surgissent dans le noir”, se définit aussi comme une “cueilleuse”: “elle écrit sur des bouts de papier. Partout. C’est la glaneuse. Elle n’a aucune méthode, aucune régularité. Elle engrange aussi des petits carnets qui se dérobent et s’enlisent sous les tas. Elle écrit des images, des lumières, des pensées, des projets, des listes, des absurdités aux couleurs de l’instant.

 

 

Et puis elle rêve du jour qui ne vient jamais où elle rangera et où ça sera comme une histoire à elle. Elle amasse sans rien relire. Souvent aussi elle jette. Et puis elle recommence…”

Elle se dit aussi “musicienne” et continue d’écrire : ça peut durer des heures. Elle cherche sa musique. Un mot d’abord, puis deux. Elle s’enflamme, elle s’oublie. Tout peut brûler. Elle va jusqu’au bout du poème. C’est l’instant où il naît qui est beau. Après il n’existe plus. Il meurt aussi vite qu’un papillon de nuit. Le vol est joli. C’est ça qu’elle aime. Éphémère petite musique qui entraîne les mots dans des endroits secrets”.
Auteur de nouvelles, Marie Cabreval vient aussi d’offrir dans le numéro 21 de la revue d’art orléanaise “Cacograph“, deux jolis textes, d’une limpide concision et d’une touchante spontanéité enfantine sur le thème du “grandir”. Comme quoi, avec cette auteure, que l’on ne peut qu’aimer, suivre page à page, un bonheur n’arrive jamais seul.


Jean-Dominique Burtin

En écho d’artistes

→ J.-P. Blanchet : éditeur Daniel Plot. (novembre 2016)
Les gravures de J.-P. Blanchet sont des poèmes d'images, sur lesquels je suis venue poser une petite lumière discrète avec les légendes qui accompagnent les gravures.

→ Entre toile et peau : édition Stéphane Doucet (mai 2017)
Le regard se pose. Des mots surgissent. Des histoires se dessinent.
La peinture de Béatrice Grebot est l’émergence d’une langue sensible. Mes mots sont venus se glisser sous la toile.

→ Infiniment : édition Gérard Louis
Les photos de Sylvie Gauduchon nous parlent d’elle. Elles prolongent ses sourires et enveloppent son absence d’une lumière douce.
Mes haïkus se sont glissés sur son dernier voyage.
L’intégralité de la vente de ce livre sera reversée au Collectif de Soutien aux Jeunes Etrangers Isolés.

→ Cacograph : Participe à l’élaboration du Cacograph depuis septembre 2017.

→ RCF 41 Vous pouvez aussi écouter l’émission de Christophe Péroua avec Marie Cabreval sur RCF41: https://rcf.fr/actualite/marie-cabreval.

 004

Anémie d’une route (10 €)


Du vent dans les pierres (10 €)


sont disponibles aux librairies Les Temps Modernes et Chantelivres, à Orléans.

Nadine Fouchet

Bon de commande

Nadine Fouchet, avec son écriture enlevée, émouvante et captivante, nous fait voyager dans des scènes tranquilles du quotidien, aux côtés de personnages attachants, embarqués dans des histoires pittoresques, inattendues, sensibles … On y aperçoit le Mont Fuji, on y respire les senteurs de Nouvelle Calédonie, on croise un pianiste japonais, on fait une halte à Berlin ou tout simplement au bord du canal.

De livre en livre, s'affirme chez cette auteure un univers romanesque qui s’enracine loin des destins héroïques, dans la vie de gens simples où le bonheur et la douleur trouvent à se raconter.

NB

Le dernier bois

§ § § § § § § § § § § § § § § § § §

 

Nadine viens de sortir une longue nouvelle qui peut être lue également comme un conte philosophique.

 

Prochainement, nous vous informerons des points

de vente et des modalités pour vous la procurer.

 

KAKALI FAIT UNE TROUVAILLE

kakali 3 couverture 5kakali 3 couverture 6

 

§ § § § § § § § § § § § § § § § § §

REPOS ÉTERNEL

Nadine FOUCHET

REPOS ÉTERNEL

 C’est fou ce que les cimetières sont bavards, pour peu qu’on sache les écouter ! Norbert Lacluze veille avec zèle sur celui d’un petit village dont il est le cantonnier. Il en connaît les résidents, il se dédie à leur repos... éternel. Il sait les circonstances qui les ont amenés, les uns et les autres, à venir reposer ici, et même un peu plus : les histoires secrètes, les aveux      indicibles, les souvenirs inavouables...
Comme cette jeune nageuse promise au plus éclatant destin sportif mais dont la route croise celle de prédateurs ; n’y aura-t-il personne pour faire éclater la vérité ? – Ou cette vieille femme atteinte d’Alzheimer, à moins qu’elle n’en joue car elle sait sur quelle tombe se recueillir... – Ou encore cette mère castratrice qui a dépossédé son fils de son histoire d’amour...
  005

Norbert Lacluze a, lui aussi, ses petits secrets. Tendres, en fin de compte, à son image. Comme le sont tous les personnages de ce roman par nouvelles. Nadine Fouchet y développe une écriture énergique, gaie, qui dit que toute vie vaut d’être vécue et que la mort, qui en est l’issue inéluctable, emportera avec elle ce que nous avons réussi comme ce que nous avons raté.

Roger Wallet

 

Nadine Fouchet signe ici son troisième recueil de nouvelles, un format qu’elle affectionne pour sa fulgurance.
Engagée en parallèle dans une association d’amoureux de mots (Au fil des mots), elle conduit des projets d’écriture collective. Elle poursuit son propre chemin en contribuant chaque mois à une revue littéraire (Le Calepin Bleu).

Dessin de couverture : Fabienne Bousseau
Cimetière de Cardaillac, Lot, juillet 2017

 

§ § § § § § § § § § § § § § § § § §

REPOS ÉTERNEL

1 ex. 7 € (frais postaux inclus)

Règlement par chèque libellé à l’ordre de Nadine Fouchet
S’adresser à : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Les Timbres à fleurs

Nadine FOUCHET

 Les Timbres à fleurs

Recueil de Nouvelles
Editions du Petit Véhicule dans la collection CHIENDENTS

 

Ne cherchez pas le village de Meulin-Meulette sur une carte, vous ne le trouverez pas. Et pourtant il existe bien ! Et il est le théâtre de nombreuses aventures… Voyez plutôt :
C’est à Meulin-Meulette que la vieille Natacha qui vit avec ses chats à l’écart du village vient chercher son pain tous les jeudis ; elle fait peur aux enfants…
C’est à Meulin-Meulette qu’on trouve le magasin de fleurs « Mon amie la rose ».Marguerite Dubois y lit des histoires de roses aux clients ; quelquefois aussi elle leur vend des fleurs…
C’est au coin de la place de Meulin-Meulette que grandit le petit Marcelin : depuis sa fenêtre de chambre il voit chaque mois de décembre clignoter le grand sapin… 
006 


Meulin-Meulette est un village joyeux, qui occupe une douce place dans ma tête… et dans les histoires que je raconte.
Avec Les Timbres en fleurs, Meulin-Meulette est devenu un personnage à part entière, légitime reconnaissance !

Nadine Fouchet

LesTimbres à fleurs

1 ex. 10 € (frais postaux inclus)
à partir de 3 ex. = l’ex. à 7 € (frais postaux offerts)

S’adresser à : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

  

Ghislaine Lesueur alias Andréa Waguener

"Rêve ou réalité ?"

Quelques mots pour vous annoncer une naissance:

celle de mon nouveau livre, sous mon nom de plume Andréa Waguener.

Il s'agit d'un recueil de 12 nouvelles qui porte le titre de "Rêve ou réalité ?".

La couverture vous en dit un peu plus...Mais, chut! Je ne vais pas tout vous dévoiler.

Je vous laisse le plaisir de découvrir ce qui se cache dans cet écrit, soit en me le commandant directement pour les personnes que je côtoie régulièrement ( et là les amis, vous aurez droit à une petite dédicace), soit en passant par votre librairie préférée, soit en l'achetant sur le site de l'éditeur (www.lysbleuedition.com qui avec le code promo LLB5 vous offrira une remise de 5%), soit sur les plateformes de commande en ligne (Amazon, Fnac et beaucoup d'autres)

V2 Andréa Waguener couverture 1

§ § § § § § § § § § § § § § §

 

 "Damien et son double"(Andréa WAGNER) roman policier à destination du jeune public.

ci-dessous l'article de "La Rep" de Vendredi 26 Novembre.

La REP A Wagner

 Ghislaine LESUEUR

alias Andréa WAGUENER  

007

 

Ghislaine LESUEUR, membre active d'Au Fil des Mots depuis plusieurs années,

a publié deux ouvrages sous le pseudo d'Andréa WAGUENER.

Après En quête de contrefaçons sorti à l’« édition du bout de la rue »,

dans la série Detectivarium en 2016, elle récidive avec Le collier maudit

publié en 2018 dans la même collection.
Il s’agit de policiers pour la jeunesse (à partir de 8/10 ans).

Outre l’aspect divertissant des textes menés avec humour,

les récits de cette série s’enrichissent d’un aspect culturel.

 

Actu Waguener 1

       Lire le texte de la nouvelle dans Nos Ecrits, rubrique Lecture                                                                                                                                                                                                                                      

 

 

 

 

En quête de contrefaçons

 008  

En quête de contrefaçons

Des rubriques documentaires sont accessibles par flash-code ou par connexion sur le site de la maison d’édition, dans la rubrique « autour des livres ».

En quête de contrefaçons est le tome 32 d’une série aux histoires indépendantes dont le personnage principal, détective privé, résout des enquêtes avec l’aide d’un ange qu’il peut téléporter dans d’autres esprits animaliers. L’histoire se passe dans la région de Troyes. Notre héros enquête sur une noyade suspecte dans les étangs de la forêt d’Orient.

 

Le collier maudit

Le collier maudit

Le collier maudit est le tome 35 de la même série. Guillaume enquête cette fois entre Charente et Loiret. Ses investigations le mèneront dans la cité médiévale de Ferrières en Gâtinais.
Alors, si la curiosité vous pique ou si vous voulez faire plaisir à vos enfants, petits-enfants, neveux ou nièces, rendez-vous à l'adresse suivante que vous pouvez communiquer aux participants des divers ateliers de l'association Au Fil des Mots :
http://www.editionduboutdelarue.fr/boutiques/boutique_detectivarium.php 

 009

 

Tranches de vie

 Tranches de vie

aux éditions du Lys bleu. Tarif : 10,40 €.

   Tranches de vie 2

  www.lysbleueditions.com (code UB5 pour une remise)

Si c'était ça la vie ?

Si c’était ça la vie ?

Textes Roger Wallet - photos Jean-Louis Bouché
120 pages 19 nouvelles format 21 x 21
16 photos couleurs reliure à la chinoise

À les lire de près, beaucoup de ces nouvelles sont des textes “réparateurs”. Le petit zinc l’avoue clairement, mais également Le vieux qui taillait la pierre, Le petit homme, Le tortillard, Le garçon, Jardins ouvriers...
Et que dire du Baiser ? Ce texte m’a longtemps intrigué, jusqu’à ce que j’aie, avec Roger, une discussion serrée. Contrairement à ce que j’ai écrit plus haut, il m’apparaît comme un texte “totalement autobiographique”. 
010 

Le fils existe, l’ami lovérien existe (à l’adresse indiquée !), la jeune femme existe (ailleurs, en ce qui la concerne). La scène n’a évidemment jamais eu lieu puisqu’elle part du décès de l’auteur, mais elle est très exactement ce qu’il imagine, il m’a dit « Si cette jeune femme n’est pas près de moi lorsque je... alors j’aimerais, pour clore de la plus belle des manières ce qui fut un amour à jamais unique, j’aimerais que les choses se passent ainsi ». Il ajouta même « Je suis sûr que cette scène, alors, c’est elle qui l’écrira... Par fidélité... » Lâchant “fidélité”, Sans elle me tire les larmes à chaque lecture. Qui a connu une telle douleur sait de quoi il est ici question et de quelle mort on ne peut se remettre. Jamais…
Voilà comme est Roger. Le terme le plus exact pour désigner son écriture pourrait bien puiser dans l’alchimie. Il transmue les métaux de la vie. Il a une autre formule, « La fiction nous protège ». En effet, à le lire, on vibre, on s’émeut, on rit très peu mais on sent palpiter les choses de la vie.
Ce qu’il a appris dans ses vingt ans d’écriture ne tient pas à l’habileté à manier les mots et les phrases, mais à la force des choses, à leur violente révélation : un texte, souvent, les paysages et les actions, ne visent qu’à faire en sorte que ce geste-là, ces mots-là, posés comme ils le sont à un moment précis du fil de l’histoire, apparaissent soudain au lecteur comme neufs, miraculés, bouleversants, propres à changer la vie...

Postface d’Yves Potoski

 

Incognita N°10

 

Les Éditions du Petit Véhicule
consacrent leur revue

Incognita n°10

à Roger Wallet

son itinéraire d’écriture :
dix ans dédiés à la chanson
puis dix ans de silence et, depuis, vingt ans
de nouvelles et de romans,
de chroniques, de proses de traverse.
Et de chansons, toujours...

011 

Rarement écrivain aura autant diversifié ses modes d’écriture. Du roman aux petits calepins intimistes adressés aux amis, des nouvelles et articles journalistiques aux essais et aux écrits érotiques, Roger Wallet fait flèche de tout bois avec la même dévoration. Il publiera, en janvier 2018, son soixante-dixième livre aux Éditions du Petit Véhicule. Ce sera un roman, ou plutôt, comme il l’écrit, un « ex-voto » : « LÉGÈRE ».
Sur cent trente pages nous est dévoilé un parcours atypique, celui d’un écrivain « multiple » dont les personnages brossent le portrait d’une certaine philosophie de la vie qui ne saurait mieux se définir qu’à travers l’adjectif « fraternel ». Il aime particulièrement les formes modestes, comme le texte bref ou la « balade littéraire » dont il a fait un véritable genre. Depuis vingt ans il risque son écriture dans toutes les aventures humaines et, quand bien même il dresse le portrait des habitants de Louviers ou des femmes africaines d’un quartier de Beauvais, c’est son écriture qu’il fait entendre : une langue résolument généreuse et extravertie.
Contributions de Luc Vidal, Yves Potoski, Philippe Lacoche, Philippe Crognier, Jean-Louis Rambour, Jean-Claude Bardot, Hervé Binet, Jean-Paul Simon, Michel Lalet, Christian Sterne, Tristan Wallet...
Dans ce vaste panorama, la chanson tient une place de choix. Depuis 1973, il écrit avec obstination. Qu’il ait été mis en musique par Pascal Fontaine, Gérard Éloy, Gilles Méchin, Dan Grall ou Lee Gérien, ce qui prend le pas est toujours l’émotion. Des tendresses du quotidien le plus souvent, des « insignifiances », dit-il volontiers. De ces choses qui accompagnent volontiers la vie.
Un bel encart en couleurs, sobrement titré « Là », valorise une part secrète de son activité, qu’il nomme les « exemplaires uniques » : des textes qu’il brouillonne sur de jolis calepins et dont une seule personne est destinataire. Celui-ci eut deux dédicataires : Élisabeth Gore, une amie plasticienne qui lui proposa une série de tableaux, et Hervé Binet qui se colla avec lui à l’écriture. Il eût été dommage qu’il se limite à leur seul trio... C’est dire que cet Incognita ménage bien des surprises...

 

Légère

LÉGÈRE

Roman

Editions du Petit Véhicule

Extrait
Sa voix — Elle, une voix haute et forte. Pas aiguë, pas pointue, mais haute. Et sèche. Pas cassante, pas brutale, mais énergique. Elle lit beaucoup. Aimant – toi – quand elle te fait la lecture. Aimant la sentir tendue, concentrée sur son texte : la voyant comme elle est ailleurs, quand elle n’est pas sous tes yeux. Elle, une façon d’éclairer un texte rien qu’en le lisant. Elle, disant les mystères, ne les levant jamais. Disant les nuances, ne les commentant pas. Quand elle te parle, elle, prenant souvent une autre voix, plus basse, plus grave. Déchirée le dernier soir, au moment des aveux. Les silences se précipitant entre les mots, tu les as pris pour un dernier cadeau. Quand elle pleure, elle, dans la voix, toute la détresse du monde. Implorant consolation. La consoler est un privilège, tu le sais. Pas d’adieu entre nous, qui de vous deux le dit ?

 012

Préface (extrait)
Ce texte, il aurait aimé ne pas le publier « de son vivant » parce qu’il ne voulait pas en être dépossédé. Or éditer, livrer à la lecture, c’est se déposséder.
Quand il me le donna à lire, il me fallut deux heures pour aller d’émotion en émerveillement devant la splendeur d’un tel amour, et deux semaines pour m’en remettre. C’était trop d’émotion pour moi. Comment survivre à un tel déferlement de tendresse et de passion ?


Yves Potoski 

   

Incognita n°10
Si c'était ça la vie?
LÉGÈRE

prix unitaire 25 €
frais d’expédition : 2,50 € par commande

à adresser, accompagné du règlement, à ÉDITIONS DU PETIT VÉHICULE
20, rue du Coudray, 44000 NANTES.